Pourquoi adhérer ?


Le monde change vite, la réalité est aujourd’hui régulièrement secouée de mises à l’épreuve, chacun d’entre nous est amené à s’adapter, se protéger, s’isoler, se confiner … et toutefois à poursuivre son chemin, « quoi qu’il en coûte ».

Militer aujourd’hui, ce n’est plus « faire les marchés » mais « occuper les réseaux sociaux », la signature d’une pétition se fait en un clic, quand hier il fallait gravir l’escalier pour en arracher une sur le palier du cinquième étage. Ce ne sont plus seulement les rues que les citoyens.es occupent pour exprimer joie ou mécontentement, mais les réseaux dits sociaux, les multiples plateformes et les communautés de l’espace virtuel qui les réunissent.

Quel qu’en soit le vecteur, la mobilisation autour d’objectifs communs est seule gage des changements que nous attendons, et si les membres du GFPH peuvent se satisfaire des politiques engagées pour développer le soutien par les pairs dont ils font la promotion depuis toujours, il reste beaucoup à faire avant que l’égalité et la non-discrimination soient la règle pour chacun et chacune, quelques soient ses capacités.

Obtenir la reconnaissance de nos droits fut un long parcours semé d’embûches que la détermination individuelle et l’engagement collectif de nos ainés ont su aboutir[1] ; atteindre leur application est maintenant l’affaire de chaque jour dans une lutte au long cours.

Nous le savons parce que nous le vivons, rien de ce qui se fait pour nous ne peut se faire sans que nous en soyons pleinement partie prenante, et si nous sommes reconnaissants des soins et des attentions que nous mobilisons, nous avons également soif de participation et un insatiable appétit pour l’action, les découvertes et les rencontres improbables. Nous ne voulons plus êtres résumés à nos déficiences ou à nos à incapacités visibles, nous sommes de chair et de sang, identiques et spécifiques mais pas spéciaux, tout au plus originaux.

La CIDPH[2] est maintenant protectrice des droits que nos aînés ont fait reconnaître en luttant contre la soumission et l’arbitraire, et se soutenant pour cela les uns les autres via des associations, des mouvements, des communautés ou quelque autre Groupements. Ces changements obtenus ne valent qui si nous en accompagnons maintenant la mise en œuvre, et c’est en mettant nos compétences, nos expertises, nos savoirs faire tout autant que notre savoir être au service de la collectivité, que cette dernière finira par adopter avec enthousiasme les solutions dont nous demandons la systématisation, une fois qu'elle aura pris conscience de leurs potentiels en termes de productivité et de créativité.

Que ce soit pour la Pairémulation ou l’expertise d’usage, l’expérience de la chose vécue et la mise au service de ce que cela enseigne à la collectivité est l’axe central du Groupement. En adhérant au GFPH, votre contribution financière n’est pas suffisante, mais elle est nécessaire. De la plus modeste à la plus conséquente, elle permettra la poursuite d’un chemin tracé il y a 37 ans pour l’accès de chacun et de chacune à la pleine jouissance de ses droits humains, quelques soient ses capacités. Aujourd’hui, que ce soit au CNPH[3], dans  les instances locales, départementales ou régionales, appuyés sur les cadres de légaux qu’ils sont contribué à poser, devant la Commission européenne, le Parlement Européen ou devant l’Assemblée des Nations Uniesles, les membres du GFPH sèment partout les fruits de leurs engagements et les graines de leurs espoirs pour le futur. 

Rejoignez les !

Adhérez

Clic


[1] Comme par exemple la lutte que raconte le film « Crip Camp » sorti début mars 2020.

[2] Convention Internationale relative aux Droits des Personnes Handicapées

[3] Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées

 © GFPH 2020