Defenseur Des Droits, Unesco, Paris, 13 décembre 2016

logogfphtransp3

Faisons le maintenant !

Jonas Ruskus, expert auprès du Comité des droits des personnes handicapées de l'ONU a ouvert le 13 décembre 2016 la tribune du colloque sur la convention internationale relative aux droits des personnes handicapées, dans les locaux de l'UNESCO à Paris, pour marquer les dix années de son adoption. 

Cette même Convention obtenue, arrachée, par les personnes dites handicapées et leurs organisations en 2006 après une participation exemplaire de leur part, a été mise en avant par le Défenseur des Droits et la Commission Nationale des Droits de l'Homme, Humains dit-on maintenant. Basée sur la participation des personnes handicapées et visant à leur meilleure visibilité, pour l'instant cette tribune n'en reflète que de façon très parcellaire l'esprit. "Rien sur nous sans nous !" ne peut rester qu'un slogan, faisons le maintenant !

L’intervention du GFPH a été a suivante :

« Ici comme en de nombreux endroits qui cherchent, statuent, décident, accompagnent et légifèrent, les parents et les professionnels restent très majoritairement les seuls à parler "d'en haut". Alors répétons le, sans haine ni envie ou jalousie aucune, RIEN SUR NOUS SANS NOUS.

C'est par là qu'il faut commencer, c'est LA clef de la mise en œuvre de cette Convention des Nations Unies relative aux Droits des personnes. Rien ne se fera sans nous. Rien ne prendra sens sans l'expérience de celles et ceux qui ont appris à surmonter les barrières qui les empêchent et les discriminent, rien d'efficient ne se fera sans nous et seule la mise en place de partenariats paritaires est susceptible d'accoucher de solutions viables. Nombreuses personnes compétentes et chargées d'expérience sont ici dans la salle, et ce n'est pas en les laissant dans l'ombre de l'Assistance que nous réussirons collectivement, mais en associant toutes les compétences, les vôtres, agents de la fonction publique aujourd'hui très largement représentés sur la tribune, avec celles dont vous ne soupçonnez pas le potentiel et qui restent ici invisibles. C'est ça qu'il faut mettre en œuvre, d’abord ça : la participation. »


Jean-Luc Simon

 © GFPH 2017