11 février 2018 : 13 ans déjà !


Sortie - 1 (1)

Représentant français de l’Organisation Mondiale des Personnes Handicapées, à l’occasion du 13e anniversaire de la loi intitulée « Pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées », le GFPH tient à souligner combien la politique gouvernementale continue de s’inscrire dans une dynamique peu en phase avec les engagements de la France devant les Nations Unies.

Quarante deux ans après la Loi de 75, treize ans après celle de 2005, et huit après que la France ait ratifié devant les Nations Unies la Convention relative aux Droits des Personnes Handicapées (CDPH), et alors que l’ensemble des acteurs de sa mise en œuvre s’est approprié la devise portée par l’OMPH depuis sa fondation en 1981, « Rien  sur nous sans nous », la perspective de "l’égalité des droits et des chances » ne cesse de s’éloigner, notre « participation » reste sur le papier et notre « citoyenneté » est toujours entravée.

Ralentis par le temps qu’il faut pour faire autrement avec des capacités restreintes, empêchés par les barrières de la normalité et des normes exclusives, entravés par des procédures sécuritaires souvent infantilisantes quand elles ne sont pas violentes, déculturés par des siècles  d’exclusion et maintenus dans l’ignorance sans accès à l’éducation jusqu’à il y a peu, celles et ceux qui sont marqués « handicapés » sont maintenant en marche vers l’émancipation et les règles ont changé. Nous ne sommes plus seulement de simples témoins mais des parties, nous prenons part et sommes appelés à participer à parts égales, avec les mêmes droits, les mêmes rétributions et la même voix.

La place qui nous est laissée dans les réunions « d’experts » est pourtant encore trop réduite, et souvent celle du témoin face à des experts qui dissèquent et analysent nos propos. Ce n’est pas satisfaisant. Ce temps là est fini, nous nous sommes élevés et organisés et nous avons acquis des Droits, nos Doits, qui ne sont rien d’autres que ceux dont jouit chaque citoyen. Le droit de circuler librement, de fonder une famille et de choisir où l’installer, de vivre seul, en nomade ou en solitaire, ou en collectivité quand nous le choisissons, le droit de travailler et d’étudier, de voter et de pleinement participer dans l’égalité à toutes les activités de toutes les composantes de la société.

Le Groupement Français des Personnes Handicapées appelle ses alter egos du Mouvement associatif à exiger du Gouvernement une politique qui sache s’appuyer sur notre participation pleine et entière, à nous, citoyens dont les expériences singulières sont des puits de connaissances, et dont les luttes pour la dignité et le droit préparent les sociétés à l’accueil et la protection de tous.


Contacts presse :

Vincent Assante, Président du GFPH

03 80 71 28 91

 © GFPH 2018