logo ANPEA
ANPEA

L'éducation citoyenne
de tous les enfants


logo GFPH

GFPH

barre

L’éducation de tous les enfants et adolescents, quelles que soient leurs déficiences ou maladies est un droit fondamental - Ségolène ROYAL -
C’est en réaffirmant ce droit, pourtant déjà introduit dans la Loi de 1975 comme “ une obligation nationale ”, que Ségolène Royal, Ministre déléguée chargée de l’enseignement scolaire et Bernard Kouchner, secrétaire d’Etat à la santé et à l’action sociale ont présenté, le 20 avril 1999, le Plan d’Action pour l’éducation des enfants handicapés.
Dans le cadre de leur engagement pour l’application des Règles des Nations Unies pour l’égalisation des chances pour les personnes handicapées, le GFPH et l’ANPEA se proposent de faire un premier bilan de la mise en œuvre des principes adoptés.
Pierre Synthèse du discours de clôture prononcé par Henri LAFAY,
Vice-Président de l’APAJH (Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés.)

Pierre
Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées
"
20 mesures pour améliorer la scolarisation des enfants et adolescents handicapés"

Pierre
Programme du Colloque du 14 juin 2000 à Autonomic (Format Word 98)

Barre

Synthèse du discours de clôture prononcé par Henri LAFAY,

" L’EDUCATION CITOYENNE DE TOUS LES ENFANTS "
L’appel à mobilisation d’Henri Lafay

Barre

" L’école doit apprendre à accueillir les élèves handicapés, même s’ils n’entrent ni dans la norme, ni dans une perspective de sélection et de compétition : en demandant à l’école d’éduquer tous les enfants, nous rendons service à l’école et à la société "

Le colloque organisé le 14 juin 2000 par le GFPH (Groupement Français des Personnes Handicapées) et l’ANPEA (Association Nationale des Parents d’Enfants Aveugles), a permis de faire une première évaluation de la mise en application des principes adoptés le 20 avril 1999 par Ségolène ROYAL, Ministre chargée de l’enseignement scolaire et Bernard KOUCHNER, Secrétaire d’Etat à la santé et à l’action sociale, pour favoriser l’intégration scolaire des enfants handicapés.

Cette journée d’étude a mis à jour l’immense écart qui existe entre les besoins des familles et la politique gouvernementale qui se contente de créer des places en établissements spécialisés.

Il ne s’agit pas de remettre en question l’utilité de ces établissements qui demeurent indispensables pour les enfants lourdement handicapés. Cependant, la politique actuelle complique encore trop souvent la démarche des parents qui souhaitent scolariser leurs enfants en milieu dit " ordinaire ", en leur imposant des démarches administratives kafkaïennes.

A noter que ces établissements ne jouent d’ailleurs pas toujours leur rôle, puisque dans la plupart des cas, ils ont tendance à donner la priorité à des enfants qui pourraient être intégrés en milieu ordinaire, et à refuser de prendre en charge des enfants qui en auraient réellement besoin !

Il n’y a pas, aujourd’hui en France, d’obligation légale pour l’école d’intégrer les élèves handicapés. Les vingt mesures proposées par Ségolène Royal n’étant pas suffisantes, nous demandons au gouvernement d’imposer des mesures plus contraignantes aux établissements scolaires.

Malheureusement, les intérêts associatifs, financiers et corporatifs de gestion des établissements qui découlent de la seconde loi de 75, dite " Loi sur les Institutions sociales et médico-sociales ", bloquent l’avancement de l’intégration. Cette loi est en effet unipolaire, axée principalement sur une logique de protection.

Nous souhaiterions une loi plus ouverte, fondée sur trois propositions :

1. Le maintien des établissements existants.
2. La notion d’accompagnement.
Actuellement, enfants, adolescents et adultes handicapés sont déplacés dans les lieux où se trouvent le personnel spécialisé et le matériel adapté. Il s’agirait plutôt de faire venir le personnel spécialisé - avec le matériel nécessaire - vers les personnes handicapées, là où elles doivent être, c’est-à-dire dans la vie ordinaire avec les autres (services de soutien et d’accompagnement, notamment scolaire).
3. L’aide à la vie autonome.
Il s’agirait de développer les sites d’aide à la vie autonome dont l’implantation se poursuit pour les adultes, afin de favoriser plus encore la vie autonome à la fois des enfants et des adultes handicapés .

Enfin, il est capital pour les enfants et adolescents, que la loi sur les Institutions sociales et médico-sociales devienne une loi interministérielle, qui soit proposée conjointement par le Ministère de l’Education Nationale et le Ministère de la Santé et de l’Action Sociale, dont la collaboration est essentielle en ce domaine. Il serait également nécessaire de mieux souligner dans ce texte la spécificité des services, dont la logique ne doit pas être celle de la protection, mais celle de l’accompagnement.

Quoiqu’il en soit et quelles que soient les mesures gouvernementales, rien ne changera dans les établissements scolaires tant que les mentalités n’évolueront pas.

C’est la raison pour laquelle Henri LAFAY encourage les parents et les associations qui militent pour favoriser l’apprentissage de l’autonomie des enfants et adultes handicapés, à continuer de se battre sur le terrain.

En conclusion, pour que les groupes départementaux HANDISCOL , deviennent effectivement des points d’appui sur lesquels jeunes parents et personnes handicapées pourront compter, voici les deux lignes d’actions concrètes qu’il leur suggère d’adopter, :

- Parents et personnes handicapées doivent absolument s’investir dans la création de cellules départementales HANDISCOL, celles-ci étant encore trop peu nombreuses.

- Actuellement les enseignants spécialisés ne sont pas en nombre suffisant et leur rôle est mal défini dans les écoles où les besoins sont réels. Aux groupes départementaux HANDISCOL d’analyser la situation pour que les véritables besoins des enfants soient pris en compte et que les moyens pour l’intégration soient assurés.

" L’éducation de tous les enfants et adolescents, quelles que soient leurs déficiences ou maladies, est un droit fondamental " - Ségolène ROYAL -


Pour plus de détails: education.gouv.fr
Contacts presse : GFPH - 01 40 37 57 00
 Barre

Retour


Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées
20 mesures pour améliorer la scolarisation des enfants
et adolescents handicapés
- 20 avril 1999 -

I-Réaffirmer le droit et favoriser son exercice

1. Publier un texte d’orientation générale
2. Revoir et unifier la réglementation
3. Diffuser un guide pratique à destination des familles
4. Développer la cellule d’écoute Handiscol’

II- Constituer des outils d'observation

5. Rapprocher les outils statistiques des deux ministères
6. Achever et optimiser l’informatisation des CDES
(1)

III-Améliorer l'orientation et renforcer le pilotage

7. Améliorer le fonctionnement des CDES
8. Installer dans le cadre des CDCPH les groupes départementaux Handiscol’
9. Tenir annuellement au plan national une réunion du CNCPH et au plan régional une réunion des CROSS consacrée à la scolarisation des enfants et adolescents handicapés

IV-Développer les dispositifs et les outils de l'intégration

10. Développer des dispositifs collectifs d’intégration
11. Développer des dispositifs médico-sociaux d’accompagnement
12. Développer et rationaliser les dispositifs d’auxiliaires d’intégration scolaire
13. Promouvoir le pôle Handicap du CNED
(2)
14. Renforcer le rôle du CNEFEI
(3) et produire des guides pédagogiques pour les enseignants.
15. Rechercher des modes de financements pour les matériels pédagogiques spécialisés
16. Rechercher les moyens d’aider les collectivités locales à mettre en accessibilité les établissements.
17. Améliorer l’accès à la formation professionnelle et la qualification professionnelle

V-Améliorer la formation des personnels de l'Education Nationale

18. Développer la formation initiale et continue des personnels enseignants et des personnels de direction du premier et du second degré
19. Sensibiliser les personnels d’inspection aux enjeux et dispositifs de l’intégration scolaire
20. Rapprocher les certifications des enseignants pour déficients sensoriels des deux ministères


1 Commission Départementale de l'Education Spéciale
2 Centre National d'Enseignement à Distance
3 Centre National d'Etude et de Formation pour l'Enfance Inadaptée

Barre

retour