Rapport d’Activités 2001

 

SOMMAIRE
 
Rapport Moral & rapport de l’activité 2001
Vie Autonome
Le respect des Droits de l’Homme
L ‘année européenne des personnes handicapées
 

Rapport Moral & rapport de l’activité 2001

hautSur le plan des idées et de la défense des principes qui nous animent, l’année 2001 a été marquée par une présence marquée du GFPH qui a su faire entendre la voix de ses Membres.

Sur le plan des actions et de la mise en œuvre, le GFPH a :

En France, la pairémulation est maintenant une recherche pratique identifiée qui appelle de nombreux soutiens, tant des personnes handicapées que des financeurs et des professionnels, et la nécessaire participation des personnes handicapées à l’élaboration et à la réalisation des projets qui les concernent tend, notamment sous une pression continuelle de notre part, à devenir une pratique dont chacun commence à mesurer les retombées positives.

Dans le monde, les propositions du GFPH ont inscrit la volonté d’action citoyenne des personnes handicapées au Conseil Mondial de l’OMPH, du 9 au 12 avril 2002 à Londres, à l’Assemblée Générale de la Région Europe de l’OMPH, du 8 au 11 mars 2002 à Madrid, et auprès de la Commission Européenne avec le Forum Européen des Personnes Handicapées à l’occasion des travaux auquel il a participé,

Vie Autonome

hautÉlaboré et adopté en décembre 1994 par les participants aux premières journées nationales pour la vie autonome, le plan d’action du GFPH se concentre dans ce domaine à solliciter, à soutenir et à valoriser le soutien mutuel entre pairs : la pairémulation.

Débutée en 1998 avec l’appui financier et logistique de la Commission Européenne, de la région Rhône-Alpes, de la Ville de Grenoble et de la Mairie de Lyon, la création d’équipes régionale de soutien par les Pairs trouve aujourd’hui son essor en Normandie avec l’action de « Handi Cap Citoyen », à Caen, et en Ile-de-France avec l’appui du Conseil Régional, de la Fondation de France et de la Mairie de Paris.

Activité créatrice de lien social, la pairémulation comme de nombreuses initiatives des personnes handicapées, à toutes les chances, demain, de trouver un sens pratique nouveau et enrichissant pour l’ensemble de la population.

Le respect des Droits de l’Homme

hautQuelle éthique pour demain ? C’est la question brutalement lancée en 2001 par « l’affaire Perruche ». Les personnes handicapées se sont trouvées ici au centre d’un tourbillon éthique qui a mis la société face à des questionnements qu’elle croyait relégués au fond de l’histoire : Faut-il prévenir la naissance d’enfants handicapés par l’avortement ? N’est-ce pas là une forme d’eugénisme ? Existe t’il un eugénisme des personnes handicapées qui soit « acceptable » ? Le handicap est-il un préjudice ?

Le 27 novembre 2001, la Cour de Cassation a désigné « un coupable » de « la faute » qui imposerait la vie handicapée à Nicolas Perruche, et entraînait ainsi la société française dans un des questionnements et des déchirements de tragédie Antique.

Prévenant là encore des problématiques qui traversent par la suite la société dans son ensemble, le GFPH a contribué cette année, dans le cadre d’un projet de la Région Europe de l’OMPH, à élaborer un projet de formation européenne d’animateurs sur les questions de l’application des connaissances de la biologie génétique. Ce projet a été soumis à la Commission européenne pour sa réalisation, et sa réalisation est envisagée en 2003.

L ‘année européenne des personnes handicapées

hautProposée par la Conférence de la Présidence Française de l’Union Européenne sollicitée par le Forum Européen des Personnes Handicapées, l’année européenne des personnes handicapées 2003 est un événement à l’organisation duquel le GFPH peut prendre une part active. Le dynamisme de ses membres l’y encourage, sa pratique inter-handicap et participative l’engage vers la réussite, et la force de son réseau est un atout essentiel. C’est à nous, à vous, maintenant, d’agir pour que la portée de ses propositions puisse engager durablement la société française dans une Europe enrichie par la contribution de toutes les personnes handicapées.

Nommé par Madame la Ministre de la Famille, de l’enfance et des personnes handicapées pour coordonner l’action de la France en 2003, et tout en restant à la disposition de celui ou de celle qui sera désigné pour présider la destinée du GFPH dans les années à venir, je souhaite me libérer de mes fonctions actuelles pour me consacrer pleinement à cette importante mission.

Ce rapport ne peut se clore sans Philippe Saint-Martin, figure de proue de l’émancipation des personnes handicapées, partit pour son dernier voyage en février 2001.

Tu as ouvert la route Philippe. Saches que nous sommes nombreux aujourd’hui à y être engagés.

retour

haut